Livret recettes

Découvrez 5 recettes saines et gourmandes

Inscris-toi en dessous pour recevoir tes recettes dans ta boite mail et une lettre de temps à autre !

Recevoir mon livret

<--

Les symptômes de l’endométriose

-->

Les symptômes de l’endométriose
Facebook Tweeter Linkedin Email

L’endométriose est une maladie chronique inflammatoire dont les premiers symptômes sont les douleurs au moment des règles. Mais toutes les douleurs de règles ne sont pas pour autant un symptôme de l’endométriose, je vous en parle dans ce billet. Dans cet article, je vous propose d’approfondir ce que sont les symptômes de l’endométriose pour mieux les reconnaître et ainsi mieux en parler.

  • Premier symptôme de l’endométriose : les douleurs

Quand on parle des douleurs d’endométriose, on parle souvent des douleurs lors des règles. Les douleurs à ce moment-là sont généralement d’une telle intensité qu’elles peuvent être invalidantes. Les anti-douleurs classiques ne suffisent généralement pas à soulager la douleur. On a alors recours aux anti-inflammatoires ou aux morphiniques et ses dérivés.

Mais les douleurs peuvent aussi survenir à d’autres moments : lors des rapports sexuels, au moment de l’ovulation et pendant la phase prémenstruelle (après l’ovulation et avant les règles).

Ces douleurs peuvent se loger au niveau des ovaires lors de l’ovulation, de la poitrine pendant la phase prémenstruelle, du bas ventre et du bas du dos pendant les règles. Et si les lésions de l’endométriose ont migré, les douleurs peuvent être ressenties au niveau du colon, du rectum, de la vessie, du diaphragme et bien d’autres endroits encore.

Ces douleurs peuvent être de type spasmodique, inflammatoire et neuropathique. 

Les douleurs spasmodiques sont des contractions brusques au niveau des intestins et de l’utérus dues au phénomène des règles. Ce sont des à-coups répétitifs de douleur très forte, cette douleur va et vient. 

Les douleurs inflammatoires sont assez caractéristiques de l’endométriose. Elles sont dues à une lésion des tissus. Ce sont des douleurs continues, en fond, comme une sensation de brûlure et elles peuvent augmenter progressivement avec le temps. L’inflammation peut même aller jusqu’à empêcher de bouger. 

Les douleurs neuropathiques sont parfois difficiles à distinguer. La différence est dans le mécanisme de douleur : dans le cas des douleurs neuropathiques, c’est le nerf qui est abîmé. Ce qui est caractéristique des douleurs neuropathiques, ce sont les sensations de brûlures permanentes, démangeaisons, décharges électriques, picotements.

Ce ne sont pas les mêmes traitements qui fonctionneront pour ces trois types de douleurs, c’est pourquoi il est important de les distinguer.

 

  • Deuxième symptôme de l’endométriose : la fatigue

La fatigue est majoritairement évoquée par les femmes touchées par l’endométriose. On parle de fatigue chronique dans la mesure où elle est présente la majeure partie du temps et elle impacte la qualité de vie des femmes. Cette fatigue est à mon sens une des conséquences de plusieurs aspects de la maladie :

L’inflammation. L’endométriose est une maladie inflammatoire. Cette inflammation a pour but de réparer les lésions de l’endométriose. Mais le problème c’est qu’en mobilisant une partie du système immunitaire, elle mobilise aussi une bonne partie de l’énergie du corps. Ce qui à long terme provoque de la fatigue.

Les douleurs. Quelle que soit leur origine, la douleur pompe aussi beaucoup d’énergie et induit une fatigue à la fois physique et morale.

Le niveau d’encrassement de l’organisme. L’endométriose est une maladie d’encrassement au sens des médecines traditionnelles et notamment de mon approche naturopathique En cas d’endométriose, on sait qu’il y a souvent une faiblesse hépatique, ce que signifie que le foie n’a pas un fonctionnement optimum. Cette faiblesse est souvent due à un encrassement du foie. Et il y a aussi souvent des kystes, qui peuvent interprétés comme le résultat de déchets qui n’ont pas pu ou su être éliminés physiologiquement par le corps. Ces déchets sont alors alors stockés à l’intérieur.

 

  • Les autres symptômes 

Troubles urinaires (infections, cystites, mycoses, etc.), troubles digestifs (intestin irritable, hyper perméabilité intestinale, etc.), et problèmes de fertilité sont aussi des symptômes que l’on retrouve chez les femmes touchées par l’endométriose. Mais ils ne sont pas, à mon sens, spécifique à l’endométriose. Ces symptômes sont plutôt le résultat du déséquilibre général de l’organisme lié à l’endométriose.



 

Tous ces symptômes peuvent mettre sur la piste de l’endométriose. Mais il est important de noter que seul un médecin pourra poser un diagnostic. Pour les femmes chez qui il y a une suspicion d’endométriose ou en cours de diagnostic, il peut être intéressant de noter avec attention et régularité l’ensemble des manifestations physiques ressenties sur quelques mois : localisation, déclencheur, période du cycle menstruel, sensation corporelles, intensité sur une échelle de 0 à 10. Toutes ces informations factuelles permettent à la fois de mieux se connaître et d’objectiver la situation. Elles seront aussi une belle base pour échanger avec un médecin. 



 

Tous ces symptômes ne sont toutefois pas une fatalité. Une approche globale et individuelle de chaque femme souffrant d’endométriose peut venir aider à mieux vivre cette maladie, bien évidemment en complément d’un suivi médical.



 

Aline Demolin

J'accompagne les femmes qui souffrent d'endométriose à ne plus subir leurs douleurs et retrouver leur vitalité. 

Fondatrice du groupe Facebook Vivre apaisée avec l'endométriose