Livret recettes

Pour recevoir une lettre d'information de ma part de temps à autre, tu n'as qu'à t'inscrire ici.

Tu recevras des actus, des promos, des articles, des vidéos, etc.

A très vite dans ta boite mail !

M'inscrire à la lettre d'information

<--

Endométriose, traitements et prise de poids

-->

Endométriose, traitements et prise de poids
Facebook Tweeter Linkedin Email

Nombreuses sont les femmes touchées par l’endométriose à se plaindre d’une prise de poids avec leur traitement hormonal pour l'endométriose. En général, ces femmes sont relativement satisfaites du traitement car il permet de réduire les douleurs. Mais côté poids, c’est plutôt la mauvaise surprise.

Je repense notamment à une des femmes que j’ai accompagnée et qui avait pris beaucoup de poids pendant toute la période où elle était sous pilule en continu (progestatif). Elle n’assumait pas ce poids. Elle n’assumait plus son corps. Elle voulait retrouver un poids « normal ». Elle voulait se réapproprier son corps et se sentir femme.

Pour elle, le plus difficile, c’était de se projeter dans l’avenir : « Que va devenir mon corps qui est déjà en surpoids après une grossesse ? ». Cette femme voulait bien tout faire pour son endométriose et pour avoir un bébé, mais elle avait peur pour son avenir et quant au fait que son corps ne la remercie pas vraiment passés ses 40 ans.

  • Je lui ai expliqué qu’elle pouvait perdre du poids de manière durable et que cela ferait aussi du bien à son endométriose. Je lui expliqué comment fonctionnait le poids et ce qui avait pu se passer chez elle. 

L’endométriose est une maladie à la fois inflammatoire et hormono-dépendante. Pour connaitre ma définition de l'endométriose, tu peux jeter un œil à cet article Ma définition de l'endométriose.

Côté hormonal, il y a un déséquilibre entre les œstrogènes et la progestérone ce qui conduit à une hyperoestrogénie relative, c’est-à-dire qu’il y a trop d’œstrogènes présent dans le corps par rapport à la progestérone. En cas d'endométriose, les progestatifs sont très souvent prescrits pour venir bloquer le cycle menstruel. Il n’y a plus d'ovulation et ainsi plus de règles et donc plus de douleurs liées aux règles. Mais les progestatifs peuvent avoir des effets secondaires. En effet les progestatifs augmentent la sensation de faim. Si on répond à tous ces signaux de faim, on est vite amener à manger davantage. Ces prises alimentaires qui vont au delà du métabolisme peuvent ainsi conduire à terme à une prise de poids.

Côté inflammation, il est important d'avoir en tête que cette inflammation vient modifier différents mécanismes du corps notamment au niveau insuline-glucose. Cela induit une modulation de l’appétit et de manière indirecte à une prise de poids.

Enfin, dans mon approche naturopathique, j’explique que la pilule comme tout médicament, est considéré par le corps comme une substance toxique : une substance endogène et ingérée, en opposition aux toxines qui elles sont endogènes et générées par le métabolisme de l’organisme. Tout comme la pollution aérienne ou les pesticides, la pilule vient « encrasser » l’organisme à long terme. Les émonctoires, organes chargés de l'élimination des déchets, deviennent moins performants et l’efficacité de leur travail de « nettoyage » diminue. A terme, cela rend le nettoyage des toxiques et toxines plus difficile, ce qui conduit à une accumulation dans le corps et bien souvent à une prise de poids.

En expliquant cela à ma cliente, elle a pu enfin comprendre pourquoi elle avait autant pris de poids.

  • Voici ce que nous avons mis en place avec elle.

Après avoir fait un point sur l’alimentation, on a adapté ses repas de manière à ce qu’ils cessent d’entretenir l’état inflammatoire de l’organisme et que sa digestion soit plus agréable.

On a travaillé sur sa manière de manger et observer ce qui déclenchait ses fringales. On s'est rendues compte qu'il y avait une dimension émotionnelle dans ses prises alimentaires. Il lui arrivait de manger pour compenser une émotion désagréable. Les fringales n'étaient pas que dues à la prise de la pilule !

Elle a appris à mettre en place des cures pour à la fois soutenir son organisme et notamment sa sphère digestive et réduire l’inflammation.

  • Résultats

Elle a perdu du poids progressivement tout au long de l’accompagnement et même encore après. Elle n’avait quasiment plus de fringales et avait plaisir à découvrir une nouvelle alimentation. Au final, elle a perdu 10 kilos en l’espace de 6 mois. Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle ne les a jamais repris !

Le poids est une problématique que j'adore aborder avec mes clientes. Le poids, que la volonté soit d'ailleurs d'en perdre ou d'en prendre, revêt toujours une dimension physiologique et émotionnelle. Ce qui est beau c'est d'aller creuser ce qu'il y a derrière la prise de poids, explorer les émotions que cela fait ressortir, les croyances que l'on s'est appropriées et les pensées que l'on a et qui ne nous font pas du bien. 

Bien trop souvent on focalise sur le contenu de son assiette (pour en savoir plus, voici mon article L'alimentation adaptée à l'endométriose) alors que c'est en réalité la relation que l'on avec son assiette qui va être déterminante.

Tu veux en savoir plus sur le poids et la pilule ? Voici une vidéo qui devrait te plaire Perdre le poids lié à la pilule en continue.

 

Aline Demolin

Accompagnement des femmes souffrant d’endométriose

Fondatrice du groupe Facebook Vivre apaisée avec l'endométriose https://www.facebook.com/groups/vivreapaiseeaveclendometriose