Livret recettes

Pour recevoir une lettre d'information de ma part de temps à autre, tu n'as qu'à t'inscrire ici.

Tu recevras des actus, des promos, des articles, des vidéos, etc.

A très vite dans ta boite mail !

M'inscrire à la lettre d'information

<--

Endométriose et équilibre hormonal

-->

Endométriose et équilibre hormonal
Facebook Tweeter Linkedin Email

L’endométriose est une maladie complexe dans le sens où elle implique de nombreux systèmes de l’organisme (pour ma définition de l’endométriose, un article).

C’est une maladie à la fois inflammatoire et hormono-dépendante. Et ici nous allons nous pencher sur le volet hormonal de l’endométriose.

Pour commencer, j’aimerais parler des hormones de synthèse, comme la pilule, qui est prescrit en 1ère intention aux femmes qui ont de l’endométriose. Il faut savoir que la pilule agit sur le corps en venant brouiller la physiologie du cycle menstruel. En effet les hormones amenées par la pilule ne sont de synthèse (et donc ne sont pas exactement celles produites naturellement par le corps) et dans des quantités loin de la physiologie du cycle. De ce fait l’ovulation n’est plus lancée par le corps, il est un peu perdu avec toutes ces hormones. Et s’il n’y a pas d’ovulation, le processus des règles ne peut être lancé à son tour. Ce qui peut être un avantage quand on souffre de règles douloureuses. Le temps de la prise de pilule, il n’y a plus de règles ou « vraies règles » et bye bye les douleurs associées.

Mais attention, la pilule ne vient en rien régler le déséquilibre hormonal de l’endométriose. Elle vient simplement mettre en pause le cycle.

Or, une femme peut être amenée à arrêter la pilule pour plein de raisons, que ce soit pour un projet bébé ou à cause des inconfort de la pilule. Ou tout simplement on peut ne pas vouloir prendre la pilule et prendre en charge son endométriose de manière naturelle.

Alors il me semble important de savoir que des actions existent pour venir agir sur notre équilibre hormonal en cas d’endométriose.

 

Je vais vous présenter 6 pistes d’actions pour agir naturellement sur l'équilibre du cycle menstruel, indispensable à connaître pour agir de manière naturelle sur son endométriose.


 

  • 1- Avoir un sommeil de qualité

C’est un sommeil réparateur, c’est-à-dire qu’on se réveille reposée. Peu importe la durée car cela est très personnel, être en forme le matin est signe d’une nuit efficace. Le sommeil permet non seulement de réguler les hormones du cycle menstruel mais aussi toutes les autres hormones, et nous en avons près de 50 qui nous gouvernent !

Pour cela, il est important de dormir dans l’obscurité la plus totale possible (pas de petite lumière type réveil !).

 

  • 2- Avoir une alimentation adaptée à son cycle menstruel

C’est avoir une alimentation différente en fonction des phases de son cycle.

Par exemple, l’alimentation après les règles a besoin d’être particulièrement reminéralisante, c’est-à-dire très riche en minéraux. Bien recharger le corps après les règles permet de favoriser la sécrétion d’hormones qui vont lancer l’ovulation. L’alimentation qui vient aussi favoriser l’ovulation est une alimentation à index glycémique bas, par exemple des céréales demi-complètes ou complètes plutôt que celles raffinées (pâtes et pain blanc). Pour la 2ème partie du cycle, on va mettre poser notre attention sur la sécrétion d’une autre hormone (la progestérone). Et pour cela veiller à nos apports en sélénium en ayant 2 noix du Brésil par jour dans son assiette.


 

  • 3- Observer son cycle menstruel

Il existe plusieurs manières d’observer et suivre son cycle. Cela peut être une observation physiologique comme la symptothermie moderne (observation de la température du corps, de la glaire cervicale et des saignements). Ou plus simplement une observation des ressentis : observer ses émotions, son niveau de vitalité, sa libido, ses douleurs et ses besoins chaque jour et pour chaque phase.

L’observation du cycle sur 3 mois permet d'identifier les causes du déséquilibre. Une fois identifiées, il n'y aura "plus qu'à" agir dessus pour inverser la tendance.

 

  • 4- Éliminer les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens, ce sont des substances ou un mélange de substances qui altèrent les fonctions du système endocrinien. Ils imitent les hormones : ils prennent leur place, arrivent sur un récepteur à un moment non opportun ou alors il y en a tout simplement trop. Ces imitations viennent brouiller, empêcher ou accentuer la communication hormonale. Cela vient perturber sérieusement le fonctionnement du système hormonal et par conséquent du cycle menstruel.

80 % des perturbateurs endocriniens se trouvent dans notre alimentation. Ce sont les pesticides, herbicides, fongicides et antibiotiques.

Ainsi opter pour une alimentation de qualité biologique ou assimilée va être particulièrement intéressante pour l’équilibre hormonal de notre cycle menstruel.

 

  • 5- Réduire son niveau de stress

J’allais bien finir par en parler ! Oui, le stress est un grand perturbateur du cycle menstruel. Le stress vient dérégler la sécrétion de progestérone, appelée hormone de la fertilité. Cette hormone est sécrétée en 2ème partie de cycle et est notamment indispensable pour un projet bébé. Le problème est qu’elle est en concurrence directe avec le cortisol, appelée hormone du stress. En effet, elles sont toutes les deux fabriquées à partir de la même matière première. Et le corps, lui, il a sa priorité : la survie. Alors en cas de stress haut ou répété, le corps comprend que sa survie est menacée. Qu’est-ce qu’il va faire ? Il va privilégier sa survie plutôt que l’équilibre du cycle. Il va donc réduire la fabrication de progestérone ce qui a pour conséquence de venir dérégler le cycle.

On comprend alors l’enjeu de prendre soin de soi et de venir réduire son niveau de stress pour réguler naturellement son cycle menstruel en cas d’endométriose.

 

  • 6- Les plantes progestérone-like

Ce sont des plantes qui viennent soutenir la production de progestérone dans le corps. Et la progestérone, on en manque quand on a de l’endométriose ! Parmi les plus courantes, on peut utiliser les feuilles de framboisier, l’alchémille, l’achillée millefeuille ou le gattilier. Chacune des ces plantes ont des propriétés ciblées et sont à prendre à différents moments du cycle suivant la forme utilisée. L’utilisation de plantes n’est pas anodine, il est important de faire le point avec un professionnel pour des conseils personnalisés. Et surtout, il important de comprendre que les plantes vont venir agir à un moment donné (personnellement je ne les recommande pas toute une vie!) mais qu’il sera important d’aller à la recherche de la cause du déséquilibre hormonal pour agir durablement dessus ; réduire son niveau de stress étant déjà une cause majeure !

 

Voici donc les 6 pistes qui vont permettre de venir équilibrer naturellement les hormones du cycle en cas d’endométriose. Il faut compter au moins 3 mois pour réguler son cycle, donc un peu de patience et des actions ciblées !

Pour finir, je rappelle que pour une approche globale de l’endométriose, il va être aussi indispensable d’aller se pencher sur le volet inflammatoire de la maladie.


Aline Demolin

Accompagnement des femmes souffrant d’endométriose et de règles douloureuses

Fondatrice du groupe Facebook Vivre apaisée avec l'endométriose

 

Pour réserver ton Entretien Connexion : https://calendly.com/alinedemolin/connexion

Pour en savoir plus, obtenir davantage de conseils, je t'invite à rejoindre le groupe Facebook VIVRE APAISEE AVEC L'ENDOMETRIOSE